Pourquoi je soutiens le référendum pour les animaux

Mis à jour : sept. 29


De nombreuses personnes remettent en cause l'intérêt du référendum pour les animaux en prétendant que ce référendum va contre la ruralité, qu'il mènera à l'interdiction pure et simple de la chasse, de l'agriculture et de l'élevage.



Je suis lassé de voir les mêmes commentaires tenter d'opposer la ville à la ruralité, d'autant plus quand on sait que de nombreux chasseurs en France sont des citadins. Lassé de voir des personnes dénigrer un référendum dont les 6 mesures proposées sont pourtant énoncées clairement, sans ambiguïté, et ne visent qu'à interdire les pratiques les plus cruelles envers les animaux.


Parce que l'activité de chasse ne se résume pas à la chasse à courre (déjà interdite en Allemagne, Belgique, Écosse, Angleterre, Pays de Galles), à la vénerie sous terre ou aux chasses traditionnelles, la chasse en tant que telle ne sera pas interdite par le biais de ce référendum.


Parce que l'élevage des animaux ne se résume pas aux seuls élevages en cage, élevages intensifs de porcs, poulet, dinde, chèvres, poules ni au seul élevage à fourrure, mais qu'il sait être respectueux de l'animal, il ne sera pas non plus interdit en tant que tel par ce référendum.


Parce que l'expérimentation scientifique peut, dans de nombreux cas, avoir des solutions alternatives à l'expérimentation animale, elle n'est pas menacée en tant que telle.


Parce que la place d'un animal sauvage ne se trouve pas sous un chapiteau ni dans un bassin afin de réaliser des acrobaties pour notre bon plaisir, mais dans son habitat naturel, je suis convaincu du bienfait de l'interdiction, déjà prononcée dans de nombreux pays (Danemark, Grèce, Costa Rica, Mexique, Hongrie, Roumanie ou Finlande), de la présence d'animaux sauvages dans les cirques ou delphinariums.



Ce référendum vise uniquement à INTERDIRE LES MÉTHODES LES PLUS CRUELLES envers les animaux qui ne sont pas les objets de nos divertissements, mais des êtres vivants à part entière, dotés d'intelligence et de sensibilité.


De nombreux sondages montrent l'opposition d'une large majorité de Françaises et de Français à ces pratiques et que 73% de nos concitoyens sont favorables à l'organisation d'un référendum pour les animaux (un score qui monte d'ailleurs à 77% dans les communes rurales, cf illustrations), ils montrent aussi le manque d'investissement des politiques pour la défense des animaux, bien souvent sous la pression des lobbys.

J'encourage mes collègues députés et sénateurs à le soutenir afin de permettre à nos concitoyens, favorables ou non favorables, à s'exprimer définitivement par les urnes sur ces mesures.



Toutes les mesures :


Apportez votre soutien au référendum :

1. Je m'inscris sur le site

2. J'affiche mon soutien


10 vues

Je reste informé(e) de l'actualité de mon député